Aéroma actif en Belgique!

Enfin ! La cigarette électronique peut être commercialisée en Belgique. Madame la ministre de la santé Belge a confirmé la libération de la vente de la nicotine, qui ne sera plus considérée comme un médicament. Aéroma a donc le plaisir de vous annoncer que vous pouvez trouver nos produits en Belgique sous les marques Cig2Vap ou encore Robot Clope.

Nos E-liquides sont donc disponibles en Belgique.
Sont mis à votre disposition des arômes qui se déclinent en différents goûts : tabac (blond, brun), menthe, fruits rouges, absinthe, etc.

Vous retrouverez ainsi la qualité, la sécurité et l’efficacité de nos produits en Belgique !

Une étude britannique estime que la cigarette électronique serait 95% moins nocive pour la santé que le tabac et préconise leur prescription en tant que produit substitut.

L’institut Public Health England (PHE), agence du ministère de la Santé britannique composé d’experts indépendants, a rendu mercredi 19 août son rapport sur l’usage de la cigarette électronique. L’étude du PHE a pour but d’orienter les décisions en matière de politique publique et le moins que l’on puisse dire est que ses conclusions prennent le contrepied de la position du gouvernement français sur le sujet. Si la ligne soutenue par Marisol Touraine vise à plus de règlementations et d’interdictions, la cigarette électronique pourrait bien faire partie des produits recommandés au Royaume-Uni pour aider les fumeurs à se débarrasser de leur dangereuse habitude.

public health england.jpg

Voir l’excellent article de Kévin Mailly sur Contrepoints

Voir l’article non moins excellent de Alex Crichton-Miller du courrier international

Le rapport accessible sur le site du gouvernement britannique

AEROMA partenaire de Nicobrand, nicotine High End fabriquée en Europe

Capture d’écran 2015-07-22 à 07.08.32

Nicobrand fournit une nicotine extra-pure avec un procédé qui élimine le goût “tabac”. c’est donc une nicotine idéale pour le sevrage qui ne dénature pas le goût des arômes, en conservant le hit recherché. Nicobrand est idéale pour les arômes fruits ou les saveurs complexes.
AEROMA introduira Nicobrand dans ses bases pour maximiser le plaisir gustatif de vos clients.

Xérès : l’étude américaine « Hidden Formaldehyde in E-Cigarettes Aerosols » publié dans The New England Journal of Medicine est plus que contestable au plan scientifique !

Pour les Laboratoires Xérès, l’inventeur d’Ilixir dont AEROMA est le partenaire,l’étude « Hidden Formaldehyde in E-Cigarettes Aerosols » publié dans The New England Journal of Medicine est plus que contestable au plan scientifique :

protocole non détaillé et imprécis ;
méthode d’analyse non pertinente ;
erreurs manifestes d’interprétation ;
formation de donneurs de formaldéhyde non démontrée ;
absence totale de données sur le pouvoir cancérigène de ces prétendus composés ;
absence manifeste de rigueur scientifique ;
conclusions relatives à la toxicité de la e-cigarette disproportionnées et infondées à l’aune des nombreux biais et imprécisions relevés.

Voir leur communiqué précis, détaillé et complet sur le site ma-cigarette.fr

Bien utilisée une cigarette électronique ne présente aucun danger

in la Voix du Nord

[...] chauffée au maximum et aspirée profondément, la vapeur contenant de la nicotine dans les cigarettes électroniques peut [selon la dernière étude américaine] former du formaldéhyde, une substance qui les rend cinq à quinze fois plus cancérigènes que le tabac.
Cependant, cette substance ne se forme pas lorsque la cigarette électronique fonctionne à faible voltage (3,3 volts). Le formaldéhyde ne se formerait que lorsque le liquide est chauffé grâce à un courant d’une tension plus importante, à partir de 5 volts. À ce voltage, le taux de formaldéhyde fabriqué est alors largement plus élevé que ceux trouvés avec la combustion des cigarettes conventionnelles.

Les conditions de test sont jugées irréalistes
Peter Hajek, directeur de la division sur le tabagisme à la faculté de Médecine de Londres, critique les conclusions de cette étude. Il estime que les conditions de recherche ne correspondent pas du tout à la réalité : « Quand les fumeurs de cigarettes électroniques surchauffent le liquide cela produit un goût âcre désagréable, ce qu’ils évitent de faire. »
Autrement dit, les résultats alarmants de l’étude américaine présupposent que les vapoteurs utilisent leur e-cigarette à haut-voltage : ce qui ne correspond pas à la réalité des faits, selon Peter Hajek. L’expert estime que si la vapeur de cigarette électronique n’est bien sûr pas aussi pur que l’air des montagnes, elle est toutefois bien moins nocive que la cigarette conventionnelle.
Le Dr Konstantinos Farsalinos, chercheur en cardiologie en Grèce et chercheur au CHU de Louvain, en Belgique, fortement impliqué dans la recherche sur l’e-cigarette, partage cette analyse et réfute les conclusions de l’étude, basée selon lui sur une utilisation irréaliste de l’e-cigarette. À 5 volts, la surchauffe est certaine, explique-t-il et effectivement du formaldéhyde peut être détecté en forte quantité dans la vapeur, mais aucun vapoteur n’utilisera jamais sa cigarette électronique dans ces conditions, selon le chercheur.